Vivre ensemble sans tabac pour la santé de tous

22 avril 2014

Le lourd bilan du tabac

Après avoir allumé une cigarette (ou une pipe…) le tabac, lorsqu’il se consume, devient un produit toxique, dangereux pour la santé et pouvant entrainer la mort …
En effet, la cigarette, avec ses plus de 4 000 substances chimiques, dont la plupart toxiques, comme l’acétone, l’arsenic, l’acide cyanhydrique, la nicotine, les goudrons… affiche de bien tristes compétences …

Le tabagisme

Il est la première cause de mortalité évitable en France, il est jugé responsable de 90 % des cancers du poumon et de 60 000 décès par an en France.
Le tabagisme passif est responsable de plus de 3000 morts par an.
Associé à la pilule contraceptive, le tabac multiplie par 10 le risque d’infarctus du myocarde chez les femmes.

Concrètement quels sont les dégâts du tabac sur le corps des fumeurs ?

Qu’ils soient physiques, psychologiques ou « simplement » esthétiques, le tabac à des effets destructeurs sur notre organisme :

- Le tabac augmente les risques cardio-vasculaires (en détériorant les artères), la pression artérielle, les risques d’infarctus ou d’accident vasculaire cérébral.
- Il est également responsable du développement de cancers notamment des poumons, des gencives, de la gorge, de la bouche, des lèvres, du pancréas, des reins, de la vessie …
- Il affecte la fonction respiratoire : toux, essoufflement, bronchite chronique, cancer du poumon …
- Il provoque des troubles de l’érection.
- Le tabac diminue la fertilité aussi bien chez les hommes que chez les femmes. On note aussi une augmentation des risques de fausse couche et de grossesse extra utérine.
- Fumer pendant la grossesse présente un risque concernant le bon développement du fœtus. Le risque de naissance prématurée augmente également.
- Le tabac ternit le teint, jaunit les dents, les ongles, les doigts et donne mauvaise haleine. Il participe aussi à la détérioration de la peau où apparaissent des boutons, points noirs, kystes, furoncles, cicatrices …
- Il prend en otage le fumeur en le rendant dépendant : il prive le fumeur de la liberté de ne pas/plus fumer : quel fumeur n’a pas connu le stress d’arriver en week end, sans cigarette, avec tous les bureaux de tabac fermés ? Ou de se retrouver dans le train, l’avion, sans pouvoir fumer pendant plusieurs heures ?

Le tabagisme passif

Le tabagisme passif est « le fait d’inhaler, de manière involontaire, la fumée dégagée par un ou plusieurs fumeurs » (INPES).

Même si on a longtemps ignoré que le tabagisme passif représentait un danger, doutes largement défendus par l’industrie du tabac, il est aujourd’hui très clair qu’il est pleinement incriminé.
En effet, la fumée de cigarette s’infiltre dans l’air et les toxines qu’elle véhicule avec … le fumeur passif va donc absorber cette fumée extrêmement nocive qui va mettre en péril sa santé.
Le tabagisme passif provoque plus de 3 000 morts par an en France.
Il est, selon l’académie de médecine, « la source la plus dangereuse de pollution de l’air domestique, en raison de sa concentration élevée en produits toxiques mais aussi parce que l’on y est exposé à tout âge et pendant des périodes beaucoup plus longues que celles où l’on subit une pollution atmosphérique extérieure ».
Lorsqu’une personne fume à la maison toutes les autres sont concernées y compris les enfants, particulièrement vulnérables tout comme les femmes enceintes.

Les effets du tabagisme passif sur la santé

Les enfants sont particulièrement fragiles. Fumer en leur présence provoquera des dommages importants pour leur développement et leur santé tel que des irritations des yeux et des voies respiratoires, une sensibilité et une fréquence accrue aux maladies comme les rhinopharyngites, les otites, les maladies respiratoires, les crises d’asthme… les dégâts sur la santé peuvent aller jusqu’à une diminution, même si elle reste faible, du développement du poumon et même entrainer des décès puisque les risques de mort subite du nourrisson sont accrus.

Les effets sur les adultes non fumeur, vivant avec une personne fumeuse, sont tout autant mesurables : risques accrus d’accidents cardiaques, de cancer du poumon ou des sinus ou encore d’accident vasculaire cérébral.

Pour soi ou pour les autres, autant de bonnes raisons de s’arrêter de fumer !
C’est effectivement facile à dire mais beaucoup moins de mettre cette bonne résolution en pratique et passer le pas de la dernière cigarette…

Aujourd’hui j’arrête ! Mais comment y arriver ?

A chacun sa méthode pour arrêter de fumer ! Certains vont y arriver seuls, d’autres auront besoin d’être accompagnés.

Il n’y a aucune honte à se faire aider lorsque vous avez décidé d’arrêter de fumer, bien au contraire ! Être guidé, notamment par un professionnel quel qu’il soit : médecin, pharmacien, tabacologue, psychologue ou encore acupuncteur, sophrologue… C’est mettre toutes les chances de son côté pour réussir son entreprise.
Avant de prendre rendez-vous, il peut être intéressant, afin de bien faire comprendre ses besoins au professionnel, de réaliser, soi-même, un bilan de sa consommation, des ses motivations à l’arrêt mais aussi des ses réticences, ses contraintes, ses peurs…
Sachez qu’en plus du savoir faire de chaque professionnel un certain nombre d’outils peuvent vous aider tels que les patchs, les gommes… ou tous autres substituts nicotiniques… n’hésitez pas à en parler.
L’important est de ne pas se décourager, notamment après un échec du sevrage. La plupart des personnes ont besoin de plusieurs tentatives avant d’arrêter définitivement.

Il n’y a pas d’âge pour arrêter !

On croit souvent, à tort, qu’arriver à un certain âge, ou quand ça fait très longtemps que l’on fume, qu’il est trop tard pour arrêter… que cela ne changera plus rien sur sa santé … Et bien bonne nouvelle, même si cette idée du « trop tard » est tenace elle n’en est pas moins fausse ! Il n’est jamais trop tard pour arrêter de fumer !

Lorsque l’on est fumeur depuis longtemps on est beaucoup plus exposé aux risques cardiovasculaires ainsi qu’aux risques cancéreux, le corps ayant subit depuis plusieurs années les souffrances et effets néfastes infligés par le tabac. C’est donc toujours le moment de mettre un terme à cette souffrance et se libérer de cette contrainte mortelle.
Sachez que les bénéfices de l’arrêt sont immédiats, même lorsque cela fait des dizaines d’années que l’on fume, notamment concernant les risques cardio-vasculaires. Vous allez aussi mieux respirer, retrouver le goût des aliments, si longtemps biaisé à cause du tabac… Rapidement votre qualité de vie va s’améliorer ainsi que votre autonomie. L’espérance de vie va également croitre.
Lorsque le tabagisme est ancien et que l’on souhaite arrêter il est important de se faire aider. En effet fumer, années après années, est devenu une habitude de vie, bien ancrée, presque un mode de vie. Il faut donc bien prendre en compte ce facteur.

Ce que je gagne à arrêter !

Même si les premiers temps sans tabac peuvent être difficiles à vivre, sachez que les bénéfices de l’arrêt sont immédiats.
Quoi de plus encourageant que de voir rapidement du résultat :


- Après 8 heures : l’oxygénation du sang et des cellules redevient normale diminuant les risques cardiovasculaires.
- Après 48 heures : le goût et l’odorat s’améliorent.
- Après 72 heures : respirer devient plus facile.
- Après 2 semaines à 3 mois : la toux et la fatigue diminuent. On récupère du souffle. On marche plus facilement.
- Après 1 an : le risque d’infarctus du myocarde diminue de moitié. Le risque d’accident vasculaire cérébral rejoint celui d’un non-fumeur. De plus, vous avez économisé près de 1900 € si vous fumiez 1 paquet de cigarettes par jour !
- Après 5 ans : le risque de cancer du poumon diminue presque de moitié.
- Après 10 à 15 ans : l’espérance de vie redevient identique à celle des personnes n’ayant jamais fumé.

Sources : INPES, Fondation pour la Recherche Médicale, Tabac Info Service, INSERM