Pilules

23 juillet 2009

D_ARTICLE

Un bronzage facile, intense et durable : c’est ce que promettent les compléments nutritionnels solaires qui ont envahi les linéaires depuis une dizaine d’année. Une gélule par jour et votre peau sera mieux préparée à affronter le soleil. Pas si sûr ! Aucune étude scientifique à grande échelle n’a prouvé l’efficacité de ces produits sur la protection de la peau contre les méfaits du soleil. Pire, le bêta-carotène contenu dans la plupart de ces pilules s'avère être dangereux pour la santé. Pourtant, ce pigment de la famille des caroténoïdes avait suscité beaucoup d’espoir. Dans les années 1980, des études avaient montré qu’une supplémentation en bêta-carotène protégeait des souris contre la survenue de certaines tumeurs, notamment cutanées. "Les chercheurs croyaient avoir trouvé la molécule miracle anticancer, se rappelle Marie Christine Boutron-Ruault, directrice de recherche à l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm). Malheureusement, ces résultats se sont avérés bien décevants chez l’homme." 4,5 fois plus de cancer Une analyse de plusieurs publications scientifiques réalisée en 2008 a mis fin au rêve. Elle apporte la preuve que, non seulement un apport prolongé en bêta-carotène ne protége pas du cancer de la peau mais, plus grave, qu'il favorise la survenue du cancer du poumon chez les fumeurs et ex-fumeurs. "Dans certaines études menées sur l'homme, les résultats étaient d’ailleurs si alarmants qu’elles ont du être brutalement interrompues", précise la directrice de recherche à l'Inserm. Avec son équipe, Marie Christine Boutron-Ruault décide d’approfondir la relation entre cet anti-oxydant et le cancer. Elle analyse pour cela les habitudes de vie de 70.000 femmes. Chez les non-fumeuses qui ont une consommation élevée de bêta-carotène, l'Inserm relève seulement 81,7 cas de cancer pour 10.000 femmes, contre 368,3 cas pour 10.000 fumeuses ou ex-fumeuses (soit 4,5 fois plus de cas). Des données controversées pour les non-fumeurs Les résultats sont moins clairs chez les personnes qui n'ont jamais fumées. L’Inserm a montré que la prise de ce pigment diminue le risque de survenue de certains cancers chez les non-fumeurs. Mais une compilation de presque 400 publications scientifiques, réalisée en 2008, conclut à l'inverse. Elle met en évidence que la supplémentation en bêta-carotène augmente la mortalité toutes causes confondues, chez les fumeurs et les non-fumeurs. La prudence reste donc de mise. Dans une brochure destinée aux professionnels de santé parue en février 2009, l’Institut national du cancer (Inca) et la Direction générale de la santé dressent l’état des connaissances sur les liens entre nutrition et cancer. Ces deux organismes indiquent que "la consommation de compléments alimentaires peut présenter plus de risques que de bénéfices". Ils recommandent tout simplement "de ne pas en consommer, sauf cas particuliers de déficiences et sous le contrôle d’un médecin ". Emmanuelle Billon-Bernheim Des fruits et des légumes "Mieux vaut manger un fruit ou un légume qu'avaler une gélule", confirme Serge Hercberg, professeur de nutrition à l'université Paris 13, à l'initiative de Suvimax, une vaste enquête sur l'alimentation des Français. Cette étude a montré que la consommation de fruits et de légumes est bénéfique à la santé, contrairement à la prise de compléments alimentaires. "Dans l’aliment entier, il existe tout un ensemble de nutriments qui interagissent entre eux et n’ont pas les mêmes effets s’ils sont pris séparément." Les végétaux colorés comme les carottes, les abricots, les pêches, les mangues, le chou vert et les épinards sont particulièrement riches en bêta-carotène. Ils contribuent ainsi naturellement à protéger la peau du soleil. "Les fruits et les légumes du printemps et surtout de l’été sont particulièrement bénéfiques. Ils renforcent la résistance de la peau aux rayons UV et ses capacités de réparation", écrit Marie-Pierre Hill Sylvestre, dermatologue dans son ouvrage sur la diététique anti-rides (éditions Souccar). "Il ne faut cependant pas tomber dans l’excès, avertit Marie Christine Boutron-Ruault. Boire un demi-litre de jus de carotte par jour, même si cela donne une jolie couleur à la peau, fournit des doses de bêta-carotène aussi élevées que les compléments alimentaires. Cette surconsommation expose donc aux mêmes risques." Vous l'aurez compris : crème solaire, lunettes et chapeau restent vos meilleurs alliés contre le soleil ! Les paradoxes du bêta-carotène Le bêta-carotène est un pigment de la famille des caroténoïdes. A dose normale, il a un rôle d'anti-oxydant. Il contribuerait ainsi à piéger les radicaux libres, ces molécules qui favorisent l’apparition de cellules cancéreuses. Mais à forte dose, et surtout en présence de tabac, le bêta-carotène deviendrait paradoxalement "pro-oxydant". Il empêcherait alors la mort naturelle des cellules cancéreuses et aurait ainsi des conséquences contraires à celles attendues aux doses nutritionnelles.