Mieux connaître l’arthrose

23 mai 2008

D_ARTICLE

L’arthrose, c’est quoi ? Cette maladie chronique se caractérise par la destruction puis la disparition progressive du cartilage qui constitue l’amortisseur et le lubrifiant des articulations. Avec le temps, quand le cartilage disparaît complètement, les os frottent alors l’un contre l’autre et s’usent. Pour se protéger, l’articulation produit davantage de liquide synovial, entraînant un épanchement de synovie. Cela provoque un gonflement de l’articulation, une inflammation. Cliniquement, l’arthrose se traduit par des douleurs lors des mouvements, des déformations des articulations, et à long terme par une difficulté à bouger ou à utiliser l’articulation atteinte. L’arthrose survient en général après 50 ans. Elle atteint surtout le genou, la hanche, les articulations des vertèbres et des mains. Son diagnostic repose sur un interrogatoire du patient et des radiographies des articulations. Prévenir lorsque c’est possible On ne connaît pas les causes exactes de l’arthrose, mais on sait qu’il existe des facteurs de risques : âge, hérédité génétique, surpoids (qui use davantage les articulations des jambes), sédentarité, blessures anciennes ou sollicitation répétée des articulations (certains sportifs), autres formes d’atteintes articulaires (arthrite infectieuse ou polyarthrite rhumatoïde par exemple). Il est possible de prévenir certains de ces risques : surveiller sa prise de poids avec l’âge, pratiquer une activité physique régulière pour accroître sa force musculaire. Il ne faut notamment pas laisser totalement au repos une articulation douloureuse car le mal risque d’empirer. Il est aussi possible de soulager ses articulations grâce à l’ergothérapie, la kinésithérapie ou l’utilisation d’une canne. Soulager la douleur Il n’existe pas encore de traitement à proprement parlé de l’arthrose, mais de nombreux médicaments peuvent soulager la douleur ou freiner l’évolution de la maladie. Le paracétamol est suffisant pour les douleurs légères et passagères. Si le mal devient plus chronique ou sévère, les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) ou les coxibs sont en général recommandés, mais ils présentent des risques digestifs ou cardiovasculaires. Le traitement doit toujours rester de courte durée, en respectant la prescription du médecin. Des suppléments de type sulfate de chondroïtine ou de glucosamine peuvent être indiqués par votre médecin, ainsi que des massages, ou une cure thermale. Des infiltrations d’acide hyaluronique ou de corticoïdes (anti-inflammatoires) directement dans l’articulation sont également possibles, mais sources d’effets secondaires et de fragilisation osseuse. Quant à la chirurgie, elle permet de reconstruire une articulation, de la nettoyer et même de la remplacer. Pour les articulations de la hanche et du genou, en cas d’arthrose invalidante, on peut poser une prothèse. Le médecin doit alors choisir le bon moment : pas trop tôt, car une prothèse a une durée de vie estimée de 10 à 15 ans, pas trop tard, sinon la rééducation devient trop difficile. Sources .www.mutualite.fr