Maladies chroniques : Roselyne Bachelot s’engage sur un partenariat avec la Mutualité française

10 septembre 2009

D_ARTICLE

"Les mutuelles ont une forte légitimité dans la prise en charge des patients chroniques", a expliqué Jean-Pierre Davant lors de la clôture du 39e congrès de la Mutualité française, le 6 juin à Bordeaux. "Un tiers de ces malades ne bénéficient pas du régime des affections de longue durée. Les deux autres tiers ont un ticket modérateur qui est en moyenne 1,7 fois plus élevé que celui des autres adhérents mutualistes", a-t-il souligné. Face à ce constat, la Mutualité française a transmis au gouvernement une proposition de réforme de la prise en charge des maladies chroniques. Ce dispositif serait fondé sur de nouvelles règles de remboursement et une meilleure qualité des soins. Mais il ne remettrait pas en cause l’implication financière de l’assurance maladie obligatoire, "qui doit continuer à assumer ses responsabilités dans ce domaine". Une rémunération des médecins à la performance Dans le projet mutualiste pour les malades chroniques, "les professionnels de santé qui le souhaitent accepteraient de respecter un protocole de qualité et un mode de rémunération essentiellement forfaitaire". De leur côté, "les patients bénéficieraient de programmes personnalisés de prévention et d'éducation thérapeutique, ainsi que du tiers payant", qui permet de ne pas faire l’avance de frais. Ce système, qui serait géré par les mutuelles, "ne serait pas obligatoire mais ouvert à tous les patients et professionnels désireux de s'engager dans cette démarche". Cette démarche a suscité l’intérêt marqué de la ministre de la Santé, venue à Bordeaux clôturer le rassemblement des mutuelles. "Il s'agit d'un dispositif innovant, intéressant et ambitieux sur un sujet capital pour l'avenir et la soutenabilité financière de notre système de santé", a salué Roselyne Bachelot. "Les maladies chroniques touchent environ 15 millions de nos concitoyens et représentent près des deux tiers de nos dépenses d'assurance maladie", a-t-elle rappelé. "Ce qui m'intéresse dans votre démarche, c'est qu'elle est d'abord médicale, a souligné la ministre de la Santé. Elle est en outre respectueuse de la solidarité et d'une prise en charge à 100% en tiers payant." Et d'ajouter : "Vous avez raison de vouloir développer la rémunération à la performance" des médecins. Roselyne Bachelot a annoncé avoir déjà "lancé un groupe de travail" sur ce nouveau dispositif de prise en charge des maladies chroniques par les mutuelles. S'il débouche sur une proposition "directement opérationnelle – "et je n'en doute pas, a précisé la ministre – ce programme "pourrait être mis en œuvre dans (un) cadre expérimental." Un pont entre la santé et le sport Autre innovation mutualiste : la création d'un Institut sport santé. L'activité physique et sportive, "c'est beaucoup moins onéreux et beaucoup plus utile que d'ingurgiter chaque jour des tonnes de médicaments", a lancé le président de la Mutualité française." Serez-vous à nos côtés pour construire ensemble cet Institut sport santé ?", a demandé Jean-Pierre Davant à la ministre de la Santé et des Sports. Réponse de Roselyne Bachelot : "Le Sénat a adopté un amendement gouvernemental prévoyant la création d'une fondation chargée de soutenir des actions individuelles ou collectives, destinées à développer des comportements favorables à la santé tels qu'une alimentation équilibrée, l'activité physique et sportive, a-t-elle dit. Pourquoi ne pas trouver là un outil au service de votre Institut que je regarde avec une extrême bienveillance ?" Selon l'Organisation mondiale de la santé, la généralisation de l'activité physique permettrait de réduire de 15 à 39% les maladies des artères, de 33% les accidents vasculaires cérébraux, de 12% l'hypertension, de 12 à 35% le diabète, de 22 à 33% le cancer du côlon, de 5% à 12% le cancer du sein et de 18% les fractures dues à l'ostéoporose. "Les politiques de santé ne peuvent plus ignorer cette réalité, a précisé le président de la Mutualité française. L'économie annuelle de dépense de santé entre une personne active et une personne sédentaire est de l'ordre à 250 euros par an, selon le Conseil national des activités physiques et sportives." Ghislaine Trabacchi GLOSSAIRE Tiers payant Le tiers payant dispense l'assuré social d'avancer des frais de santé qui sont remboursés par la Sécurité sociale. Synonyme : dispense d'avance de frais. Ticket modérateur ™ Le ticket modérateur est le montant restant à la charge de l'assuré, après remboursement de la Sécurité sociale. Il peut être pris en charge par une complémentaire santé. Exonération du ticket modérateur Couverture de la totalité des frais de soins par l'assurance maladie dans certaines situations : affections longue durée, interventions chirurgicales, accidents du travail, suivi de la grossesse à partir du 6e mois, etc. Synonyme : prise en charge à 100%. "Bouge… une priorité pour la santé" Le coup d'envoi de "Bouge… une priorité pour ta santé", un programme créé à l'initiative de la Mutualité française, a été donné le 12 novembre dernier, lors d'une grande manifestation qui s'est déroulée au stade de France à Saint Denis. Cette journée était placée sous l'égide des ministères de l'Education nationale et de la Santé, de la Jeunesse et des Sports. Dans la foulée de cet événement, ce programme a été décliné dans les collèges des régions Ile-de-France, Lorraine, Bourgogne et Franche-Comté. "Bouge… une priorité pour ta santé !" sera lancé au niveau national à partir de la rentrée 2009.