Les fonctionnaires tiennent

11 mai 2009

D_ARTICLE

Une forte majorité de fonctionnaires ont un avis positif sur leur régime obligatoire, géré par des mutuelles. C’est le principal enseignement d’une enquête réalisée par la Mutualité Fonction publique (MFP Services) et TNS Sofres, rendue publique le 27 mars, à Paris. Son thème : « Attachement des fonctionnaires à leur régime d’assurance maladie ». Cette étude a été conduite au téléphone, en janvier dernier, auprès de 800 adhérents de MFP Services. Cette union gère les prestations santé de plus de 2 millions de personnes, en régime obligatoire et au titre de la complémentaire santé (lire Repères ci-contre). Premier constat : neuf personnes sur dix (91 %) sont satisfaites de la gestion de leur régime obligatoire par les mutuelles. Parmi elles, 27 % se disent même « très satisfaites ». Principaux motifs de contentement : le recours au tierspayant (92 %), la rapidité du traitement des remboursements (89 %) et l’information envoyée par les groupements (84 %). GUICHET UNIQUE Le mode de gestion de la couverture santé est un motif important de satisfaction. Ainsi, « 71% des fonctionnaires voient au moins un avantage au fait que leur régime obligatoire soit géré par la Mutualité Fonction publique », indique l’enquête. La qualité du service est le premier avantage cité, suivi de la qualité de la couverture et de la centralisation par un interlocuteur unique. Ainsi, le guichet unique qui s’occupe des remboursements en obligatoire et complémentaire est plébiscité par la quasi-totalité des adhérents (97 %). Christophe de La Mure REPÈRES MFP Services est une union fédérant 30 mutuelles issues des trois Fonctions publiques : Etat, collectivités territoriales, hôpital. Elle gère le régime obligatoire d’assurance aladie de plus de 1,4 million de fonctionnaires. Au titre de la complémentaire santé, cette union protège plus de 1,1 million de personnes. MFP : ÉVOLUTIONS DES POLITIQUES PUBLIQUES La Mutualité Fonction publique (MFP) a organisé le 2 avril, à l’Institut mutualiste ontsouris (IMM), à Paris, un colloque sur le thème : « Evolutions des politiques publiques : avenir du service public en France ». Au total, 120 personnes ont assisté à cette manifestation. Le débat a permis d’expliquer la révision générale des politiques publiques (RGPP) et la conception du service public « à la française ». Une table ronde intitulée « Retour d’expériences européennes et canadienne » a galement enrichi les discussions. Dans le contexte de la réforme de la Fonction publique lancée en 2007, « rien ne démontre que le transfert des missions du service public au secteur privé soit moins coûteux ou plus efficace », explique Jackie Fonfria, secrétaire générale de la MFP. Pour elle, « cette réforme doit être synonyme d’amélioration de la qualité des services pour les usagers et non pas de réduction des dépenses ». C. L. Source : Afim