Le dossier pharmaceutique se généralise en 2009

12 mars 2009

D_ARTICLE

Le dossier pharmaceutique a obtenu son sésame. La Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil) a autorisé l'Ordre des pharmaciens à le généraliser à l'ensemble des officines en France. Cette décision intervient plusieurs mois après les premiers tests, qui ont permis l'ouverture de 2 millions de dossiers dans 5.000 pharmacies depuis 2007. Le dossier pharmaceutique recense tous les médicaments - prescrits ou achetés en automédication - délivrés aux patients dans les quatre derniers mois. Grâce à cet outil, les pharmaciens peuvent repérer les risques d'interactions entre les médicaments et les éventuels traitements redondants, susceptibles d'entraîner des surdosages. L'inscription à ce fichier est libre et réalisée à partir de la carte Vitale de chaque assuré social. La généralisation à l'ensemble des pharmacies va être progressive, comme nous l'explique Jean Parrot, le président de l'Ordre des pharmaciens : "Il faudra environ un an et demi pour y parvenir. Entre 500 et 600 pharmacies entrent dans ce dispositif chaque mois. Cependant, certaines officines parmi les plus isolées géographiquement ne pourront pas forcément l'intégrer, faute de connexion en haut débit à Internet", précise-t-il. Dans les faits, le dossier pharmaceutique prend de vitesse le dossier médical personnel (DMP), inscrit dans la loi du 13 août 2004. Ce système doit permettre de partager de nombreuses informations médicales entre professionnels de santé : médecins, pharmaciens, laboratoires d'analyse etc. "Le dossier pharmaceutique pourra être intégré au DMP lorsqu'il sera prêt à être lancé", souligne Jean Parrot. Initialement prévu pour le 1er juillet 2007, le dossier médical personnel a connu des retards avant d'être relancé par le ministère de la Santé en décembre 2008.