Le Père noël attentif à la sécurité des plus petits

29 novembre 2013

En pleine période d’emplettes pour remplir sa hotte, le Père noël se doit d’être vigilent concernant l’achat de jouets pour les enfants. Car des produits contrefaits ou non conformes aux normes européennes, pour la plupart fabriqués en Chine, circulent sur le marché. Et peuvent s’avérer dangereux pour nos chères petites têtes blondes.

A l’approche des fêtes, les autorités redoublent d’efforts pour sensibiliser les parents aux dangers de jouets contrefaits ou non conformes aux normes européennes.

Quelques conseils à l’achat de jouets

La première précaution à l’achat d’un jouet est de s’assurer qu’il est bien conforme, au minimum, à la norme CE.

C’est en 1989 que l’Europe s’est décidée à établir des normes communes à tous les pays européens en ce qui concerne les jouets. La norme CE détermine des règles à respecter pour les fabricants.

La Commission européenne lance régulièrement des campagnes pour sensibiliser les consommateurs. Elle recommande ainsi de ne jamais acheter de jouets sans le logo CE, de ne jamais offrir aux petits des jouets comportant des pièces détachables à cause des risques d’étouffement, et de bien lire les consignes d’utilisation.

Les jouets non contrôlés ne comportent pas de notice ou de logo CE. La présence de cette mention garantit les contrôles de sécurité par un laboratoire indépendant : contrôle des propriétés mécaniques et physiques, contrôle de l’inflammabilité, analyses chimiques (plomb, mercure, arsenic…) sur les parties accessibles du jouet…

La documentation qui accompagne le jouet est également examinée (marquage CE, étiquette et mode d’emploi).
La notice doit par ailleurs être écrite en français et contenir tous les avertissements d’usage. Le nom et l’adresse du fabricant doivent également être bien lisibles, tout comme celui de l’importateur le cas échéant.

Si les avertissements d’usage sont peu visibles ou mal orthographiés, restez prudents quant à la conformité du jouet aux normes de sécurité.

Enfin, vous pouvez écrire au fabricant pour savoir si le jouet que vous avez acheté contient des substances dangereuses. Il a l’obligation de vous répondre sous quarante-cinq jours, selon l’article 33 du règlement européen Reach, à condition que la substance figure dans le tableau publié au Journal officiel français du 25 janvier 2009.

Les labels sont aussi de bonnes indications.

Pour les peluches, il s’agira d’Oeko-Tex, pour les jouets en bois de FSC et PEFC.
Si la peluche dégage une odeur suspecte forte ; soit elle est là pour en masquer une autre, soit elle peut signifier la présence d’un produit nocif.
Lavez toujours les peluches (autant de fois que nécessaire) avant de les offrir.
Lire les étiquettes et les compositions sur les boîtes est aussi une priorité, notamment pour retrouver les mentions ’sans PVC’ et ’sans phtalates’.
Enfin, il est recommandé d’aérer tous les jouets quelques jours avant de les offrir, voire de les laver.

Les dangers d’un jouet sans la norme CE

Offrir un jouet qui ne comporte pas la norme CE, c’est exposer l’enfant à divers dangers, comme un contact avec des produits toxiques et/ou cancérigènes, par exemple :
- des phtalates : perturbateurs endocriniens, utilisés dans les plastiques, qui peuvent induire des effets sur le développement de l’enfant et sur la reproduction,
- des formaldéhydes, contenus dans les colles pour bois et les peluches, seraient cancéreux et pourraient provoquer des leucémies.
- des métaux lourds : le plomb et le cadmium,
- un jouet moins résistant : de petits éléments peuvent ainsi se détacher (yeux d’une poupée ou d’une peluche) et présenter un risque d’étouffement chez les enfants de moins de 3 ans qui pourraient les ingérer.

Si le Père Noël ne devait retenir que deux lettres, ce serait "CE"… la norme pour la sécurité des plus petits !


Source : Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes