Le Di-Antalvic® et ses génériques bientôt retirés du marché.

31 juillet 2009

D_ARTICLE

Le Di-Antalvic® et ses génériques sont en sursis. Ces médicaments contre la douleur seront retirés du marché européen dans les prochains mois. Dans un avis rendu public le 25 juin, l'Agence européenne du médicament (EMEA) recommande le retrait de la vente des produits contenant du dextropropoxyphène (DXP) associé à du paracétamol. Les médicaments issus de cette association peuvent être à l'origine de graves intoxications susceptibles d’entraîner la mort du patient. Ces décès surviennent en cas de surdosages accidentels ou volontaires, en particulier lors d'une tentative de suicide. La Suède et le Royaume-Uni ont retiré du marché les équivalents du Di-Antalvic® dès 2005 : l'association DXP/paracétamol était impliquée dans 200 décès annuels en Suède et entre 300 et 400 décès au Royaume-Uni, selon l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps). 80 millions de boîtes par an en France En France, ce médicament est délivré sous prescription médicale. En 2008, près de 80 millions de boîtes ont été vendues, indique l’observatoire du médicament de la Mutualité française, citant des données de l’institut IMS Health. Suite à l'avis de l'EMEA, l’Afssaps a réagi en annonçant un retrait du DXP/paracétamol dans un délai "de l’ordre d'un an". Cette période doit permettre "aux professionnels de santé d'envisager la meilleure alternative pour leurs patients", explique-t-elle dans un communiqué de presse. L'agence annonce également la création d'un groupe d'experts chargé de donner de nouvelles recommandations pour la prise en charge de la douleur. Les personnes qui prennent actuellement ce traitement peuvent continuer à le suivre. Mais elles doivent veiller à ne pas dépasser les doses recommandées inscrites sur la notice. Elles sont également encouragées à en parler avec leur médecin traitant pour modifier leur traitement, dans le cadre d'un renouvellement d'ordonnance par exemple. L'association dextropropoxyphène/paracétamol est commercialisée en France depuis 1964. Ces médicaments antalgiques sont destinés à soigner les douleurs intenses, comme une rage de dent. Ils font partie du niveau 2 de la classification des médicaments antidouleur de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), qui comporte trois paliers. Les médicaments de niveau 2 sont utilisés quand la douleur n'est pas soulagée par des produits comme l'aspirine, l'ibuprofène ou le paracétamol. Les produits de niveau 2 sont essentiellement représentés par des associations de paracétamol ou d'aspirine avec des dérivés d'opioïdes comme la codéine, le tramadol ou le dextropropoxyphène. Philippe Rémond