Lancement du Sidaction : du 3 mars au 11 avril 2010

26 mars 2010

D_ARTICLE

Cette nouvelle édition, qui se déroule jusqu’à dimanche, bénéficiera d’une mobilisation plus large des télévisions. Ainsi, les grandes chaînes nationales, onze chaînes de la TNT et cinq stations de radio vont dédier leurs programmes au Sidaction pendant trois jours. Le but est d’informer et de sensibiliser l’opinion sur les risques liés au VIH et de lancer un appel à la générosité.

Allégement des traitements, recherche vaccinale, discrimination, isolement précarité… Pour les organisateurs, "les défis sont encore nombreux". Le Sidaction cible également les internautes. En plus du site traditionnel (sidaction.org), un autre site a été créé cette année : 2010.sidaction.org

Le Sidaction, c’est aussi l’occasion pour Jean-François Delfraissy, directeur de l’Agence nationale de recherche sur le sida (ANRS), de rappeler, dans un entretien à L’Humanité (page 8), que l’épidémie reste très active, que la prévention reste un "relatif échec" et que la recherche manque toujours de moyens.

"Quand on arrête les antiviraux, le virus repart immédiatement sous une forme dormante, dans des réservoirs situés à différents endroits du corps, que l’on n’arrive pas à éliminer, explique Jean-François Delfraissy. Il y a donc toute une partie des recherches qui repose sur la nécessité de mieux comprendre ce virus réservoir."

Dans le domaine de la prévention, le directeur de l’ANRS estime qu’il faut développer de "nouvelles stratégies" et surtout la "médicaliser", en utilisant "de nouveaux outils, dont les antiviraux". "Sans oublier la mise au point d’un vaccin", ajoute-t-il.

Face à ce qu’il nomme "une faillite budgétaire et scientifique", Jean-François Delfraissy lance un "appel à l’Etat" pour qu’il augmente le financement de la recherche. "L’ANRS n’a pas vu son budget modifié depuis 2005 (…). En 2010, ça va être difficile, en 2011, ce sera impossible", prévoit-il.

John Sutton