Inégalités sociales de santé

27 janvier 2009

D_ARTICLE

Au lieu de réduire les inégalités sociales de santé, le système de soins pourrait même les aggraver : c’est ce que montre le "livre Inégaux face à la santé" publié aux éditions La découverte(1). Cet ouvrage a été écrit par trois épidémiologistes : Annette Leclerc, Monique Kaminski et Thierry Lang. Ayant effectué une synthèse de nombreuses études, les auteurs passent en revue plusieurs facteurs d’inégalités sur lesquels « on peut agir », parmi lesquels le système de soins. Depuis plusieurs années, les patients subissent un accroissement du reste à charge. Celui-ci représente désormais environ 25 % de la dépense de santé. Or, notent les auteurs, « le volume de soins consommés diminue fortement » dès que le coût à la charge du malade dépasse ce seuil. Dès lors, ils réclament « plus de réflexion autour des politiques sanitaires », la couverture complémentaire apparaissant comme un « élément déterminant de l’accès aux soins ». Mais les inégalités de santé vont bien au-delà de l’accès aux soins. Elles peuvent « trouver leur origine dans des domaines extrêmement variés ». C’est notamment le cas de l’environnement, des ressources, du lieu d’habitation et des transports, de l’alimentation. Pour ce dernier exemple, force est de constater que la population des quartiers défavorisés est plus sujette à l’obésité. Chômage et surmortalité Egalement en cause : le monde du travail. Il doit être « amélioré » en garantissant l’emploi, de bonnes conditions de sécurité et de salaire. En effet, ne pas travailler constitue « un risque pour la santé ». Comme le soulignent les auteurs, « la mortalité dans les quartiers à fort taux de chômage est supérieure de 15 % à 20 %» à celle des quartiers où l’emploi ne pose pas de soucis. Mais le travail peut aussi avoir des conséquences néfastes pour les salariés : contraintes physiques, exposition à des produits cancérigènes… A ces conditions générales de vie s’ajoutent aussi des facteurs de risque issus de comportements individuels comme la consommation d’alcool ou le tabagisme, première cause de cancer du poumon. Ce livre consacre d’ailleurs une partie entière aux inégalités de santé par pathologies (cancer, maladies cardiovasculaires, sida, santé mentale) ainsi qu’aux différents âges de la vie. Pour les auteurs, l’éducation à la santé mérite d’être renforcée sachant que les actions de prévention peuvent, paradoxalement, créer des inégalités. En effet, elles ont tendance à sensibiliser des populations déjà bien informées et bien suivies, et moins celles qui en auraient le plus besoin. (1) Inégaux face à la santé. Du constat à l’action, d’Annette Leclerc, Monique Kaminski et Thierry Lang. Editions La découverte. 297 pages. 21,50 €.