Anorexie et boulimie, mieux comprendre ces troubles du comportement alimentaire

19 février 2015

L’anorexie mentale et la boulimie font partie des Troubles du Comportement Alimentaire ou « TCA ».
L’anorexie mentale et la boulimie sont les symptômes, les expressions de troubles psychiques profonds que seuls des professionnels médicaux peuvent diagnostiquer. Les premiers troubles de l’anorexie et de la boulimie surviennent généralement à la puberté. Pour autant, 50% des personnes qui en souffrent seraient des adultes. Ils peuvent apparaître à la puberté mais aussi à tout moment de la vie. Les causes de ces maladies sont multifactorielles.

L’anorexie mentale

L’anorexie mentale correspond à une impossibilité de se nourrir suffisamment (pour pouvoir maintenir son poids à un niveau normal).
L’aliment est vu comme une salissure de l’intérieur du corps et la prise de repas normaux devient impossible, la pensée est constamment tournée vers la nourriture.
Malgré le peu d’aliments ingérés, la personne anorexique reste longtemps extraordinairement active et dynamique, ce qui explique qu’elle puisse maigrir sans que son entourage ne s’inquiète.
Ce qui doit aussi alerter, c’est l’arrêt des règles. Le déni, voire l’agressivité sont souvent associés à l’anorexie. L’anorexie peut provoquer à long terme des problèmes de croissance osseuse ainsi qu’une ostéoporose précoce.
Les carences nutritionnelles, évanouissement, perte d’équilibre et hypoglycémie sont courants.
D’autres conséquences peuvent exister : pilosité excessive, déshydratation de la peau, cheveux et ongles fragiles et cassants, sensibilité aux températures ambiantes.
La fonte musculaire engendre aussi un rétrécissement de tous les organes constitués de tissu musculaire (risque d’insuffisance cardiaque élevé).

La boulimie

La boulimie se caractérise par des crises irrépressibles pendant lesquelles le malade ingère des quantités massives d’aliments. Ces crises se produisent de façon répétitive et durable, parfois plusieurs fois par jour. C’est une conduite addictive.

La boulimie est le symptôme d’une grande détresse psychique et de moments d’angoisse envahissants. Les crises entraînent très souvent des sentiments de honte, de dégoût, de colère chez les malades.
Afin de compenser l’excès de calories ingérées, la personne boulimique a recours à un ou plusieurs stratagèmes : vomissements, utilisation de laxatifs, exercices physiques excessifs, imposition de restrictions alimentaires…
Il n’est pas rare que les personnes souffrant de cette maladie conservent un poids normal à cause des vomissements, d’où la difficulté de poser un diagnostic.
Certaines souffrent rapidement de surpoids voire d’obésité et s’isolent socialement.

Les risques pour la santé sont sérieux : œsophagite (liée aux vomissements répétés), rupture œsophagienne ou gastrique (par absorption massive d’aliments), troubles cardio-vasculaires graves (liés au manque de potassium..), complication dentaire…

Les causes de la boulimie sont complexes et multiples : combinaison de facteurs émotionnels, comportementaux, psychiques, sociaux, familiaux. Ces facteurs sont très proches de ceux de l’anorexie mentale, les deux maladies étant souvent liées. Ainsi, un patient peut souffrir d’une combinaison de ces deux maladies.

Les personnes atteintes par ces maladies, ainsi que leur entourage, ont besoin d’aide pour faire face.
En effet, ces troubles du comportement alimentaire entraînent un grand désarroi au sein de la famille : angoisse, incompréhension, sentiment d’impuissance, conflit…
Peu à peu, le trouble envahit insidieusement la sphère familiale et devient une obsession pour tous.

Or, la famille et les proches ont un rôle essentiel dans l’accompagnement des malades et dans le processus de guérison. La famille et les proches ont besoin d’être soutenus et malheureusement, le plus souvent, l’extérieur a du mal à appréhender la réalité de la maladie.

C’est pourquoi, un certain nombre de structures s’organisent pour apporter un soutien aux personnes malades et à leur entourage, comme notamment l’association Anorexie Boulimie Midi-Pyrénées, reconnue d’intérêt général.
Au sein de cette dernière, la famille et les proches des malades rencontrent d’autres familles qui connaissent ou ont connu les mêmes difficultés. Elle organise des conférences et des rencontres thématiques pour permettre à tous de mieux connaître, comprendre et gérer ces moments si difficiles et qui s’inscrivent dans le temps L’ABMP propose également un groupe d’accueil mensuel, un groupe de paroles mensuel réservés aux familles et proches des malades, des permanences à la CMS et à l’UDAF, une permanence téléphonique L’ABMP organise également des réunions d’information dans les Collèges.

> Pour en savoir plus : www.abmp31.fr